Amr Ibn 'Abasa Assulami rapporte:charh hadith

«Quand j'étais encore dans la période préislamique, je pensais déjà que les gens
étaient dans l'erreur et qu'ils ne se fondaient sur aucun argument valable dans leur culte des idoles.

J'ai appris alors que quelqu'un à La Mecque apportait des informations nouvelles.

J'enfourchai ma monture et vint vers lui.
Il s'avéra que c'était le Messager d'Allah alayi salat wa salam qui le faisait en cachette, car son peuple l'avait traité avec irrespect.

J'ai demandé poliment l'autorisation de le voir et on m'introduisit chez lui à La Mecque.

Je lui dis: «Qui es-tu?»
Il dit: «Je suis un prophète».
Je dis: «Et qu'est-ce qu'un prophète?»
Il dit: «Je suis envoyé par Allah».
Je dis: «Quelle est donc la mission dont tu es chargé?»
Il dit: «II m'a envoyé pour faire respecter les liens sacrés de parenté, pour briser les idoles et pour faire adorer Allah seul et sans Lui associer quoi que ce soit».
Je dis: «Qui est avec toi en cela?»
Il dit: «Un homme libre et un esclave».
Il avait ce jour-là avec lui Abou Bakr et Bilàl, qu'Allah leur accorde Sa satisfaction.
Je dis: «J'ai l'intention de te suivre».
Il dit: «Tu ne peux actuellement supporter pareille chose.
Ne vois-tu donc pas dans quel état nous sommes mes Compagnons et moi?
Mais retourne parmi les tiens.
Dès que tu apprendras que j'ai vaincu mes ennemis, viens à moi».
Il dit: «Je m'en allais donc parmi les miens.

Le Messager d'Allah vint entre temps à Médine alors que j'étais dans ma tribu.

Je me mis à l'écoute des nouvelles et à interroger les voyageurs de passage.

Jusqu'à ce que des gens de ma tribu fussent allés à Médine.

Je leur demandai: «Qu'a donc fait cet homme qui est arrivé à Médine?»
Ils dirent: «Les gens s'empressent autour de lui.Son peuple a voulu le tuer mais ne l'a pas pu».

Je partis alors à Médine et m'introduisis chez lui.

Je dis: «O Messager d'Allah! Est-ce que tu me reconnais?»
Il dit: «Oui, tu es celui qui m'a rencontré à La Mecque».
Je dis: «O Messager d'Allah! Apprends-moi de ce qu'Allah t'a appris et que j'ignore moi-même.Informe-moi sur la prière!»

Il dit: «Fais la prière de l'aube puis abstiens-toi de prier jusqu'à ce que le soleil monte au-dessus de l'horizon de la longueur d'une lance car à ce moment le soleil se lève entre les deux cornes d'un démon et c'est à ce moment que les Mécréants se prosternent à lui.
Puis remets-toi à prier car à ce moment de nombreux Anges assistent à ta prière pour en témoigner en ta faveur.
Ensuite abstiens-toi de prier quand l'ombre de la lance (plantée au sol) atteint son minimum.
C'est en effet à ce moment que le feu de l'Enfer est porté à son maximum.
Quand l'ombre recommence à croître, reprends ta prière car un grand nombre d'Anges sont là pour en témoigner en ta faveur. Jusqu'à ce que tu fasses la prière du 'Asr.
Puis abstiens-toi de prier jusqu'au coucher du soleil.
Il se couche en effet entre les deux cornes d'un démon et c'est à ce moment que les Mécréants se prosternent à lui».

Je dis: «O Messager d'Allah!
Parle-moi maintenant des ablutions!»

Il dit: «II n'est pas quelqu'un d'entre vous qui apprête l'eau de ses ablutions, puis se rince la bouche, aspire l'eau avec ses narines puis la rejette en soufflant, sans que tombent les péchés de son visage, de sa bouche et de ses narines.

Puis, quand il se lave le visage comme Allah le lui a ordonné, tous les péchés de son visage tombent avec l'eau par les extrémités de sa barbe.

Puis, quand il se lave les mains jusqu'aux coudes, les péchés de ses mains tombent par les bouts de ses doigts.

Puis, quand il passe ses mains mouillées sur sa tête, les péchés de sa tête tombent par les extrémités de ses cheveux en même temps que l'eau.

Puis il se lave les pieds jusqu'aux chevilles et les péchés de ses pieds
tombent avec l'eau par les bouts de ses orteils.

Puis, quand il se lève pour prier, loue Allah le Très-Haut, Le remercie et Le
glorifie comme il se doit en n'ayant de pensée dans son cœur que pour Allah le Très-Haut, il sort alors libéré de tous ses péchés tel que sa mère l'a mis au monde».

(Rapporté par muslim)